bandeau 170 fr

 

AGA 2017
15 juillet - 10 à midi
Église - Blue Sea

Merci à nos partenaires

Avis

Lien ROBVQ

Documents

Dépliant sur la navigation

bateau petit

Formulaire de plainte

ABVLBS Form plainte petit

Se laver dans le lac – faire le bon choix1

7032 1 bathingUne des questions soulevées lors de l'Assemblée générale annuelle de 2012 était de savoir si se laver dans un lac peut nuire à la santé de ce dernier. Au cours des échanges qui ont suivi, on a souligné le fait qu'à la suite de la réglementation fédérale, la présence de composés chimiques tels que les phosphates2 dans les savons et shampooings a été largement abandonnée. Toutefois, il est faux de supposer que ces produits sont devenus respectueux de l'environnement et qu'ils ne présentent plus une menace pour nos lacs.

7032 2 Savon au lacL'eau pure (H2O) est composée de molécules constituée de deux atomes d'hydrogène (H) liés à un atome d'oxygène(O). Chaque fois que quelque chose s'ajoute à l'eau, elle perd de sa pureté et devient plutôt une solution diluée de ces additifs. À titre d'exemple, voici la liste des ingrédients d'une marque populaire de shampooing7032 3 Shampoing : l'eau, laurethsulfate de sodium, sulfate sodique de lauryl, bétaïne de cocamidopropyle, extrait d'aloès officinal, extrait de camomille romaine (anthemis nobilis), extrait de passiflore (passiflora incarnata), cocamide MEA, chlorure de linoleaminum dihydro-oxypropylique PEG5, parfum, acide citrique, propylèneglycol, chlorure de sodium, hydantoïne MDMD, butylcarbanate d'iodopropynyle, jaune tartrique, D&C orange no.4, Ext. D&C violet no.2. Est-il souhaitable d'introduire ces substances étrangères dans les eaux d'un écosystème naturel ? La réponse semble évidente, surtout lorsqu'on sait que même ces éléments naturels provenant de produits biodégradables3 sont des additifs qui n'existaient pas auparavant dans l'eau.

Tous les savons et shampooings, même les plus biodégradables, peuvent contaminer l'eau douce.

Si vous ne pouvez pas vous laver dans le chalet, nous vous recommandons d'utiliser un seau pour le faire loin du bord de l'eau (c.-à-d. de 60 à 70 mètres4). Ce faisant, on s'assure que la majeure partie des composés chimiques dans le savon/shampooing 7032 4 RO-luffa-spugna-vegetale2biodégradable sera lié au sol et ne pourra pas atteindre l'eau du lac. Encore mieux, pourquoi ne pas éviter le savon et utiliser une éponge végétale (looffa) pour se nettoyer. Ce type d'éponge peu s'acheter dans toute pharmacie pour environ le prix d'un pain de savon et peut être réutilisé indéfiniment. Une bonne friction avec l'éponge suivie d'un plongeon dans le lac desquame la peau morte et fera disparaitre la plupart des odeurs « offensantes »; le tout vous laissera ragaillardi et propre sans avoir ajouté de composés chimiques artificiels dans le lac. Vous serez tout aussi propre et les poissons vous seront reconnaissants.

Nous aimons croire que l'eau de nos lacs est uniquement constituée d'hydrogène et d'oxygène; aidez-nous à faire en sorte que ce soit le cas.

Une bonne règle pratique : si vous ne boiriez pas de l'eau avec les additifs décrits ci-dessus, gardez-les hors de nos lacs et de nos rivières.

____________

1   Ce texte s'inspire d'un article paru sur le site Web du « Algonquin Eco Watch Group » (www.algonquin-eco-watch.com).

2   Les phosphates fertilisent nos lacs et en accélèrent le vieillissement, un processus appelé « eutrophisation ».

3   Un mot sur les produits biodégradables : le fait d'être biodégradable signifie simplement qu'un produit se décomposera au fil du temps dans le bon environnement. Or, il faut de la terre pour que le savon biodégradable se biodégrade, ce qui n'est pas mentionné dans la plupart des publicités, sinon toutes. On peut les utiliser dans nos maison ou chalet parce qu'ils peuvent être traités efficacement par notre système septique et au Centre de traitement des boues de fosses septiques de la MRC à Kazabazua. Mais il ne faut pas les utiliser dans ou près de nos lacs et nos rivières.

4   Cité par de nombreuses sources, incluant la Fédération québécoise du canot et du kayak, le « Algonquin Eco Watch Group » et le service forestier du ministère de l'Agriculture des États-Unis (USDA).

 

Réalisation Sogercom.com Vallée-de-la-Gatineau