bandeau 170 fr

 

 Inscriptions20170913

Inscriptions 2017

au 13 septembre

272

ou 85 %

Merci à nos partenaires

Avis

Lien ROBVQ

Documents

Dépliant sur la navigation

bateau petit

Formulaire de plainte

ABVLBS Form plainte petit

Rapport GEIGER 2010

Le mandat

En 2010, l'Association a confié au Groupe d'études interdisciplinaires en géographie et environnement régional (GEIGER) le mandat de mettre à jour la «Description technique détaillée du bassin versant du lac Blue Sea et du ruisseau Blue Sea » produite en 2000. Le rapport a été soumis au Conseil d'administration en avril 2011. Le 21 avril, les maires de Blue Sea et de Messines ont été informés du contenu du rapport et des recommandations. À la suite de cette session d'information, les membres du Conseil ont fait une analyse détaillée du rapport; le plan d'action de l'Association qui découle de cette analyse est présenté ci-dessous.Carte Bassin

Le rapport

Le rapport complet peut être téléchargé en version PDF (3,7 Mo) en cliquant ici.

Résumé de l'étude

Au printemps 2010, l'Association du bassin versant du lac Blue Sea – avec les contributions financières provenant des municipalités de Blue Sea et de Messines – a confié à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) le mandat de mettre à jour la description technique détaillée du bassin versant du lac Blue Sea et du ruisseau Blue Sea et d'identifier les principaux impacts environnementaux afin que l'Association et les municipalités puissent décider de la meilleure utilisation possible de leurs ressources limitées pour améliorer l'état du bassin versant. En se servant comme point de départ du rapport du GEIGER de l'UQAM produit en 2000, l'équipe de travail a fait appel à plusieurs sources de données et outils d'analyse pour réaliser ce mandat. À partir d'un examen détaillé des données recueillies, l'équipe de recherche a conclu ce qui suit:

  • Le lac Blue Sea demeure oligotrophe (c.-à-d., l'eau est claire avec un niveau relativement peu élevé d'éléments nutritifs pour les plantes aquatiques).
  • La concentration de phosphore dans le lac est demeurée stable tout au long de la dernière décennie.
  • Même si les berges du lac Blue Sea sont majoritairement occupées par des terrains construits, ceux-ci sont la plupart du temps bien fixés par la végétation naturelle ou ornementale. La bande riveraine est donc en très bon état alors que la bande riveraine des îles est en excellent état.
  • Les algues bleues se semblent pas être présentes dans le lac en 2010; en revanche, la présence de myriophylle (plante aquatique invasive) été constatée sur de nombreux sites en zone d'eau peu profonde.
  • L'utilisation du sol a peu varié au cours de la dernière décennie. La forêt et les friches ont gagné en superficie, au détriment surtout des milieux agricoles.
  • La population locale vieillit et le nombre de résidents permanents a augmenté du fait que les retraités convertissent leur chalet en résidence permanente.
  • Les fosses septiques demeurent la principale source humaine de phosphore qui s'infiltre dans le bassin versant. Cependant, compte tenu d'un ensemble de facteurs (une meilleure gestion des fosses septiques, une réduction de l'utilisation de phosphates par les résidents et les villégiateurs, et la perte en superficie des milieux agricoles au profit des friches et de la forêt), la concentration en phosphore dans le lac est demeurée stable.
  • Nonobstant les commentaires positifs à l'égard des fosses septiques, les municipalités n'ont pas toutes les données concernant l'âge de ces installations.
  • Une augmentation modeste du nombre de résidences dans le bassin versant entraînerait des hausses de concentration en phosphore mineures, mais tout de même significatives.
  • Le lac Laverdure, un petit lac à l'extrémité nord du bassin, est mésotrophe, avec une concentration moyenne de phosphore beaucoup plus élevée que celle du lac Blue Sea (17,6 μg/l versus 6,5 μg/l). Le terrain de golf est sans doute la principale cause d'eutrophisation du lac puisque la villégiature est peu importante autour du lac et qu'on n'y retrouve pas d'activités agricoles.

À la lumière de ces conclusions, le GEIGER recommande dans son rapport de 2010 :

  • Étant donné la tendance actuelle laisse prévoir une augmentation du nombre de résidents, ce qui pourrait entraîner une augmentation de la concentration de phosphore dans le lac, les résidents et les villégiateurs doivent améliorer leur comportement par rapport à l'environnement en utilisant des produits sans phosphates, en maintenant en excellent état les fosses septiques et les champs d'épuration, en n'utilisant pas de fertilisants, en revégétalisant les berges, en s'assurant que les cendres des feux de camp ne se déversent pas dans le lac, etc.
  • L'Association devrait soutenir cet effort par un programme complet de sensibilisation à l'importance de la réduction de l'utilisation de produits à base de phosphates, du contrôle du myriophylle à épi, de la revégétalisation des berges, etc., tout en poursuivant les mesures annuelles de la transparence de l'eau et la collecte d'échantillons pour les tests de la qualité de l'eau à tous les 2 ans ainsi que la diffusion des résultats.
  • Pour aider à assurer le suivi et la gestion des impacts environnementaux sur le bassin versant, les municipalités devraient tenir un registre précis de l'état et de l'âge des fosses septiques; exercer un contrôle serré de la qualité des installations septiques; faire un suivi de l'évolution de l'utilisation du sol (par le biais des données du bureau régional du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation); surveiller étroitement le développement résidentiel, les activités agricoles et l'utilisation et la revégétalisation des berges; et, suivre, analyser et faire connaître les données sur la qualité de l'eau sur leur territoire territoires respectifs.
  • Pour améliorer la qualité de l'eau du lac Laverdure, il y a lieu d'entreprendre des discussions avec les propriétaires du terrain de golf pour identifier les moyens de réduire la concentration de phosphore dans ce lac (p. ex., en créant une zone tampon entre le golf et le ruisseau du lac Laverdure et/ou en limitant l'utilisation de fertilisants sur le terrain de golf).

Le plan d'action de l'Association

Après revue et discussion du rapport du GEIGER 2010, le Conseil d'administration a convenu du plan d'action suivant :

  • Initier un programme complet de sensibilisation des résidents et des villégiateurs concernant les meilleurs pratiques environnementales relatives au bassin versant. Ce programme comprendra : la diffusion de l'information appropriée sur le site Web de l'Association; la distribution de documents d'information dans le cadre de la campagne de renouvellement de l'adhésion et de recrutement de nouveaux membres; l'envoi de bulletins d'information par courriel et par la poste; l'utilisation des médias locaux pour faire connaître le message de l'Association; et le parrainage en collaboration avec d'autres associations d'activités socioculturelles qui sensibilisent les participants aux enjeux environnementaux du bassin versant.
  • Traiter du problème du myriophylle à épi par la recherche des mesures de prévention possibles, le soutien de la mise en œuvre de celles qui sont envisageables et le signalement de cet enjeu dans le cadre de la campagne de sensibilisation mentionnée ci-dessus.
  • Continuer de surveiller l'état du bassin versant au moyen des mesures annuelles de la transparence de l'eau et de l'échantillonnage de l'eau tous les deux ans, tout en encourageant les résidents des autres lacs à faire de même.
  • Faire connaître les résultats des efforts de surveillance décrits ci-dessus aux résidents du bassin versant et aux municipalités par le biais du site Web de l'Association, d'un bulletin ou dépliant annuel et des médias locaux.
  • S'assurer que les municipalités fassent les inspections et tiennent à jour les registres de données recommandés dans le rapport de 2010 du GEIGER (p. ex., concernant les systèmes septiques, l'utilisation du sol et le développement, les activités agricoles, la revégétalisation des berges et la qualité de l'eau) en obtenant un rapport annuel de chacune des municipalités sur ces inspections et les données recueillies.
  • Soutenir l'amélioration de la qualité de l'eau du lac Laverdure en recommandant à la municipalité de Messines d'embaucher un consultant pour confirmer la source des problèmes de la qualité de l'eau du lac et recommander des mesures à prendre pour renverser la tendance de détérioration de la qualité de l'eau du Lac.

Questions ou commentaires

Si vous avez des questions ou des commentaires, notamment en ce qui a trait aux conclusions et aux recommandations, n'hésitez surtout pas à nous en faire part; vous pouvez le faire facilement par le biais de notre page contact.

Haut de page

Réalisation Sogercom.com Vallée-de-la-Gatineau